6ème Assemblée Générale de la FP2M le 24 Mai

 

La Fédération des Professionnels de la Micro-Mobilité (FP2M) réunira ses membres pour sa sixième Assemblée Générale qui se tiendra le:

  • 24 Mai 2019, de 09h30 à 16h30, à Paris

 

Cette assemblée générale aura pour principaux objectifs de faire un bilan mi-annuel des activités de la FP2M  et de rediscuter et valider les actions prioritaires pour l’année 2019. Entre autres sujets qui seront largement abordés:

  • Points financier, adhésion, partenariats
  • Études et prospectives: Baromètre marché, profil usager (2), économie et emploi
  • L.O.M.: point d’étape, actions de mobilisation et d’influence
  • Norme NF EN 17128 (PLEV): statuts et calendrier, prescriptions
  • Recyclage batterie et D3E
  • Label micro mobilité
  • etc…

 

 

Les acteurs de la micro mobilité mutualisent leurs efforts afin d’aider la filière à se développer de façon responsable.

 

Les organisations qui souhaiteraient s’associer à ces actions communes sont priés de contacter info [alt] e-fpmm.fr

4 thoughts on “6ème Assemblée Générale de la FP2M le 24 Mai

  1. Bonjour,

    Pourquoi ne pas faire reconnaître les Vélos électrique avec poignée d’accélération sans pédalage obligatoire jusqu’à 25 km/h ?

    1. Bonjour monsieur,

      La FP2M n’est pas compétente en matière de cycle. Cependant, sachez qu’un engin qui aurait une pognée d’accélération, donc la possibilité d’avancer sans nécessiter de pédaler, est classé par le règlement européen comme un cyclomoteur. Ce n’est plus un vélo.

      Bien à vous

  2. « Retenez le bien, c’est en grande partie à cause d’eux si on ne pourra plus rouler en trott electrique

    Le premier est le président de la FPMM qui au passage est aussi le directeur de l’offre Oxelo chez Décathlon. Son but, vendre de la trottinette mécanique, la trott électrique, ce n’est pas son rayon…

    Vous vous demandiez pourquoi la FPMM se positionne contre le port du casque obligatoire ? Regardez ce qu’il déclarait il y a quelques jours et regardez son business !

    « À la FP2M nous pensons que cela serait vu comme une contrainte forte par les usagers et freinerait le développement de l’usage de la trottinette : dès qu’on devient un utilisateur régulier, en particulier si on a vécu une première chute ou une belle frayeur, on s’équipe en général naturellement d’un casque et de gants. »

    Pas besoin de chercher bien loin la réponse est sur leur site, mais je vais quand même vous spoiler un peu la chose :
    En 2018 : Un peu plus d’un million de trottinettes mécas ont été vendues en France, c’est une baisse de 20% par rapport à 2017. Sur la même période, les trottinettes électriques ont représenté à peine un tiers du volume de trottinette mécanique. Décathlon est bien plus réputé pour ses trottinettes mécaniques qu’électrique.

    Je continue ou vous voyez un peu ou je veux en venir ?
    Aller je continue parce que ça me fait plaisir !

    Décathlon est son propre fabricant, plus clairement ils se conservent toute la marge puisqu’ils sont aussi distributeurs… Est-ce que vendre des trottinettes électriques où les marges sont anecdotiques face à la concurrence asiatique est intéressant pour eux ? Non puisqu’elles « cannibalisent » leurs ventes de trottinettes meca à forte marge !

    Il ne faut pas se leurrer, quand la FPMM annonce un CA supérieur sur le marché de l’électrique, 168 millions pour 2018 et un CA de 69 millions pour les trott mécaniques il ne faut pas en conclure que le marché de l’électrique rapporte plus que le marché de la trott mécanique.

    Les marges et donc le bénéfice net, est bien plus important sur le marché de la trottinette mécanique dont Décathlon est leader que sur le marché de l’électrique.

    Avec toutes ces données, il est facile de comprendre pourquoi la FPMM se positionne contre le port du casque obligatoire, elle estime que son port est contraignant et donc un frein à la vente de trottinettes…

    Et oui et c’est eux qui sont assis à la table ronde du projet de décret et défendent uniquement leurs propres intérêts, non les nôtres et encore moins notre sécurité dont tout le monde se fiche pas mal au final.

    Je ne vais pas autant détailler le parcours de Monsieur Gregoire Henin dont le marché est au final très proche de celui de son ami, monsieur Furlan, avec des trottinettes électriques poussives, mais qui respectent déjà leur propre petite réglementation.

    Je vais passer aussi sur les partenaires de la FPMM dont les noms parlent d’eux-mêmes.

    Qu’est-ce qu’on fait ?

    On se bouge un peu ou on se laisse pourrir la vie par cette association scandaleuse qui sous couvert de normes de sécurité propose en fait tout le contraire, mais un bon moyen de sécuriser leur business ? »

    1. Diffamation et mauvaise information. C’est dommage.

      La FP2M est la seule, depuis 2017, à faire le travail d’essayer de faire reconnaitre les EDP motorisés dans les réglementations. Nous avons fait appels à des dizaines de professionnels pour qu’ils viennent travailler avec nous, très peu se sont engagés. Nous avons fait le job avec ceux qui voulaient travailler pour le bien général.

      A l’origine de la FP2M; une demande des autorités pour avoir un interlocuteur compétent et bien identifié. Les premiers à prendre le taureau par les cornes: Revoe (importateur), Ecoriders (importateur et distributeur), Micro Mobility (fabricant mécanique et électrique) et Décathlon (incontournable dans l’univers de la mobilité, vélo et trott mécanique). Très vite ont suivi Allianz et d’autres. Tous essaient de travailler en bonne entente pour aider la filière à décoller. Les autres ont été invité à discuter, trouver des consensus et accepter les positions de chacun. Nous ne blâmons pas ceux qui ont préféré faire cavalier seuls. Mais qu’ils ne viennent pas faire semblant de découvrir les discussions autour de cette réglementation.

      Depuis 2013 une norme est en discussion au niveau Européen, pilotée par AFNOR, et cette norme restreint son application aux EDP de moins de 25 km/h. La participation aux travaux de l’AFNOR est totalement libre. Tous les professionnels responsables et qui ont une vision long terme auraient dû y participer. Ceux qui n’y sont pas…

      La FP2M est effectivement contre le casque obligatoire. Le monde du cycle a une documentation importante, faite d’études, qui montrent que toute obligation freine l’entrée dans la pratique. ça décourage les nouveaux entrant. Autrement dit, rendre obligatoire le casque va freiner le développement de la filière. Demander aux acteurs du cycle s’ils ne le savent pas. Par contre, la FP2M propose des actions de prévention, de promotion du port du casque. Nous allons travailler avec des assureurs (Allianz, Aviva, Axa, FFA) qui font déjà beaucoup de choses pour pousser les gens à porter le casque. N’oubliez pas que l’assurance étant obligatoire sur les EDP, les assureurs aussi sont très investis dans les opérations de promotion du port du casque.

      Quand aux questions de marges ou de bénéfices de nos adhérents, nous n’en savons rien. Et ce n’est pas notre souci. Par contre, notre souci ce sont tous ces importateurs indépendants qui contournent la TVA en faisant des achats groupés sur des sites Internet asiatiques et qui font de la concurrence déloyale aux distributeurs nationaux qui, eux, paient des impôts. Sur de nombreux groupes Facebook nous voyons le phénomène, des gens enregistrés nulle part en tant que professionnel, qui négocient directement avec les usines, font des marges significatives en ne payant par de TVA. C’est aussi un sujet dont nous allons nous emparer.

      Jeter à la vindicte deux personnes est vraiment lamentable.

Répondre à Admin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *